jeudi 23 mars 2006

Besoin de partir...

Mais comme me l'a dit Chum:
"Ces gars-là, qui sont rendus là, à 32-33 ans, ils sont enlignés depuis le cegep. Ça fait plus que 10 ans qu'ils travaillent dans ce sens. Toi, tu as cherché. Ton chemin était bien moins clair... Tu as entretenu des amitiés, tu as fait le tour du monde... Ça retarde un peu le développement d'une carrière...Mais c'est pas grave... "
Dans l'autobus, j'écoutais une chanson d'Indochine. Je l'écoute en boucle depuis la fin de semaine passée...
"Il faut s'y résister
Autour de gens agités
Que leur amour puisse existé
Toutes les nuits, à l'infinis... À l'infinie...
Car je ne crois pas que tout va bien par ici
Je veux aller quelque part - Je veux aller vers un Paradis
Ne pas m'en faire, mais dans un parc
À attendre un jour qu'ils me parquent
Pour une croisière sans retour
Vers la Nouvelle Angleterre - Une croisière...
Car cet endroit ne lui disait plus rien
Il y avait perdu - Perdu son chemin - À son chemin...
Mais je ne crois pas que tout va bien par ici
Je veux aller quelque part, je veux aler vers un Paradis...
On s'est construit
Et j'ai tout détruit
On s'est détruit
On a reconstruit
On s'est construit
On a tout détruit
Je m'suis détruit
On a tout détruit
On s'est punis..."
C'est quoi ce petit monstre noir qui fait qu'on s'inflige des séances d'auto-sabotage???
Si la fin de semaine dernière j'étais ravis de reprendre l'autobus... Là, j'aurais le goût de crisser mon camps dans un gros avion vers n'importe où, où je pourrais m'oublier un peu... Et où il y aurait du soleil...

2 Commentaires:

Blogger Magenta a ajouté...

Cette chanson d'indochine me fou la larme à l'oeil pratiquement à tout coup!

7:42 p.m.  
Blogger Pixelrouge a ajouté...

J'ai fait ça il y a un an. Décrisser...

Deux mois à vivre presque à poil sans travailler, au soleil.

Je te dis pas mon état au retour. C'est cool de s'oublier, mais ça fesse en crisse quand on se retrouve... Attention.

5:29 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home