vendredi 2 décembre 2005

Terreur à l'école

Il y a quelques jours, je suis tombé sur les nouvelles de TQS. Jean-Luc Mongrain était déchaîné. J' ai réécouté les nouvelles du lendemain midi. Encore une animatrice déchaînée. La révolte est juste. C'était la première fois de ma vie que j'écoutais une ligne ouverte et que je ne changeais pas de poste parce que je mourrais de honte (je sais pas pourquoi, je suis toujours hyper gêné, mal à l'aise, des commentaires dans les lignes ouvertes, ou émissions comme Claire Lamarche) On parlait d'un problème vieux comme le monde. Des jeunes qui se font niaiser, tabasser, taxer à l'école par des gars plus gros (et évidemment tellement plus con) qu'eux. Là, il y a eu des jeunes, tellement écoeuré d'avoir peur, qui se suicident, d'autres qui ne vont plus à leur cours parce qu'ils ont la chienne... Pis les gros con là dedans? Ben, on peut rien faire... Les directions d'école s'en lavent les mains parce que ça se passe dans les (criss) d'autobus scolaires, la police dit que c'est la responsabilitée de l'école, les parents capotent (avec raison) - Cibole! Comment ça se fait qu'il y a jamais personne pour les arrêter ces gros cons-là?
J'ai été le souffre douleur à l'école primaire en 4e, 5e et 6e année. J'étais plus petit que les autres. Ma mère m'avait appris que si on m'écoeurait, je ne devais pas répliquer. Je devais faire comme si de rien n'était et qu'à un moment donné, ils allaient arrêter. (Montée de lait à la Chantal Lamarre) C'est pas vrai ça, cibole! Les gros cons, ça s'arrêtent pas! Ils ont trouvé une proie, ils se jettent dessus et ils fessent! Ça me révolte tellement de voir que les adultes ont aussi peur des gros cons que les enfants. Le garçon d'une de mes cousines est en train d'être entraîné dans ce genre d'enfer. Il se défendait au début et son prof le punissait. Ma cousine lui a dit cette douce maxime du loozer que ma famille aime tant : "Fais rien, ils vont arrêter tout seul" ... Ça m'enrage.
J'ai hais mon primaire. Je comptais les jours qui me séparaient des éternelles vacances de noel. Le dimanche soir, j'avais mal au ventre. Quand il y avait de la gym, une petite partie de moi mourrait en silence. Je ne prenais pas l'autobus (heureusement) mais il y avait quand même la marche entre la maison et l'école et les cours de gym. Une fois, on avait volé mon linge dans le vestiaire. J'étais en shorts et c'était janvier. Le prof vient vérifier si tout le monde est sorti du vestiaire. Je suis là. Découragé. Le prof me dit de rentrer chez nous, que l'école ferme. J'ai rien dit (LOOZER!!) Je suis rentrer chez nous en shorts à -15! La peur me bouchait l'expression. Au secondaire, j'ai eu aussi des épisodes de terreur. J'ai eu ma puberté tard. Et cette fois, je prennais l'autobus. Ce n'est qu'en secondaire trois que j'ai répondu. Une fois, je me suis levé et je me suis défendu. Ça a été terminé.
Y'a un policier qui a dit à la mère d'un garçon roux aux dents avancées: "Il est roux, il va se faire niaiser toute sa vie, autant qu'il s'habitue tout de suite." Cibole! Belle logique. C'est rassurant ça. On se sent en sécurité avec ce genre de police-logique-là!
J'ai tellement souffert d'être différents des autres et de recevoir des coups, que dès que je suis en présence d'enfants c'est tolérance zéro pour toute forme de méchanceté. J'ai été moniteur deux ans dans les camps de vacances, et je peux vous juré qu'il y a jamais un jeune qui s'est fait niaiser ou rabaisser dans un de mes groupe. Au début, c'est sûr qu'il y a toujours un fin-fin qui s'essaye sur la fille qui porte des lunettes, le petit noir ou la petite fille un peu ronde. Je laissais rien passer. J'accueillais mon groupe. J'établissais mes règles. Le respect des autres était celle en haut de ma liste. Ils écoutaient tous, un peu l'oreille distraite. Mais, ça prennait pas longtemps avant qu'il y ait une tentative d'humiliation. Bang! Tout de suite la punition:
-" Toi! Pas de piscine."
- Ben là... C'tait une joke!
- J'ai averti, tu l'as fait pareil. Pas de piscine. C'est final. Tolérance zéro, j'ai dit!
C'est l'été. On se baigne tous. Et il y a petit con qui n'a pas mis son costume de bain et qui sèche sur le ciment. J'attends 5 minutes. On a vraiment du fun, l'eau est bonne. Il a chaud. Il me déteste. 10 minutes. Il me suplie du regard. Je sors de l'eau et je vais lui parler. Il regrette. Il cours mettre son maillot et en arrivant il s'excuse. Après ce traitement choc, je peux vous dire que dans mes équipe, ça se respectait à tour de bras. Tellement que mes jeunes remarquaient souvent que dans d'autres équipes, ça manquait de respect.
Vous pensez que petit con m'en voulait après? Voyons donc! Je devenais son idole. Et il devenait un petit amour... Souvent encore plus que les autres!
Vous pensez que c'est à la victime de se défendre? Moi je pense que comme adulte, il faut surtout savoir leur apprendre le respect. Mais il faut d'abord que les parents sachent ce que ça veut dire.

10 Commentaires:

Blogger Alcib a ajouté...

Comme tu as raison, Jocelyn !
Tout le monde doit s'y mettre pour faire respecter tout le monde et les droits du plus faible... Tu as tout à fait raison : le jeu de la victime silencieuse et passive (en tendant l'autre joue, SVP) ne règle pas le problème. Mais la victime n'est pas toujours en mesure de riposter. C'est le rôle des adultes de faire en sorte que les droits des enfants soient respectés, que leur intégrité physique et morale ne soit pas menacée... Mais au Québec, on n'aime pas trop faire de vagues... au cas où le petit pain qui nous est destiné serait menacé, peut-être... Mieux vaut faire semblant de ne rien voir, même si on vous crache au visage.
Tu as raison aussi de dire que la logique des policiers n'est pas des plus rigoureuses : combien de fois je me suis fait réveiller en pleine nuit pas des étudiants de McGill qui crient à tue-tête dans la rue à trois ou quatre heures ou qui font la fête dans la rue parce que l'appartement où se déroule la fête est trop petit pour 50 personnes ! Et que disent les policiers ? « Déménagez, Monsieur, si vous n'êtes pas contents ! » Belle logique : j'habite ici depuis 30 ans et je dois déménager parce que des gens venus d'ailleurs, qui sont là pour un an ou deux se comportent comme des imbéciles et des voyous (je n'ai pas dit « racaille », M. Sarkozy), au mépris de toutes les lois, de tous les règlement et au mépris des simples règles de base du savoir-vivre en société ?
Belle logique en effet d'accepter d'avance que le petit roux devra souffrir toute sa vie de la bêtise des autres, du seul fait qu'il est roux (je parle en connaissance de cause); mais au fond, ce n'est pas si mal, car dans l'Égypte ancienne, on tuait les roux, parce qu'ils étaient les enfants du diable (comme nos petits orphelins de Duplessis - ce n'est pas si loin, notre chère Mère l'Église et ses beaux enseignements de la Charité bien ordonnée). Comme elle est belle aussi la logique du Très Saint-Père d'interdire le port du condom pour réduire l'épidémie de Sida en Afrique ! À quand le procès du Saint-Père pour génocide ?
Dans l'affaire de l'intimidation et du taxage, au-delà de la bêtise et de « je m'en lave les mains », je crois que plusieurs responsables sont dépassés et ne savent trop comment s'y prendre ; mais si au moins le message était clair : « Ça ne passera pas ! La violence et l'intimidation ne seront pas tolérés ! » Mais le silence est comme une autorisation à continuer...

12:48 p.m.  
Anonymous Frissonne a ajouté...

Et oui c'est triste et c'est très difficile à gérer aussi dans une classe ou une cour d'école. Surtout rendu à la fin du primaire où les jeunes ont peur de dénoncer, parfois les parents trop con pour vraiment écouter leurs enfants et il y a ces profs qui surveillent la cour d'école avec leurs oeillières! Je ne pense pas être meilleur que les autres, mais j'ose intervenir et parler de dénonciation. Les jeunes l'apprécient en général. Même si je suis à l'autre bout de la cour, ils viennent me voir pour que je règle le cas des petits cons qui déjà a 10 ans se donnent tellement de pouvoir. Bref, je crois que ces petites victimes n'ont pas fini d'être des souffres douleurs et bravo à ceux et celles qui osent se lever debout et se défendre!

6:44 p.m.  
Blogger Joss a ajouté...

Alcid, Merci pour ton long commentaire. Il ajoute au mien. Je me demandais si je me répendais en chialage ... Mais je pense que non, il faut en parler et le dire que c,est innacceptabe.
Frissonne, je sais que tu es une de celles qui intervient dans tes classes et tes écoles. Je t'ai vu avec les jeunes. Tu étais une monitrice exceptieonelle (bon, sauf l'épisode du lit brisé... Mais bon.)Et tu es une prof à l'écoute. je sais aussi que tu rages de la paresse généralisé et de la lois du moindre effort qui règne chez la plupart des jeunes depuis quelques années.
En tout cas, continues! ce qui est encourageant, c'est qu'au moins tes enfants seront ouvert, respectueux et travaillant... Et que tu vas sûrement en avoir 12! Alors...
Merci!

10:31 a.m.  
Blogger Magique a ajouté...

"Fais rien, ils vont arrêter tout seul" Ouais, moi aussi on me l'a servie celle là. Curieusement, c'est pas du tout ce que j'ai appris à mes enfants.

"Les gros cons, sont ptits ptits ptits dans leur culotte quand quelqu'un se tient debout devant eux en les regardant dans les yeux."

C'est ce que j'ai servi à ma fille aînée qui se faisait achaler à l'école. C'est elle qui disait "mais si je ne fais rien?" Bin si tu fais rien ma poulette ils vont continuer et ça risque juste d'empirer. Ou alors, ils vont finir par te lâcher, mais se trouveront une autre victime. Puis une autre et une autre.

Un jour, en pleine café bondée sur l'heure du lunch,alors que le gros con s'en prenait à un plue petit, elle a pris son cabaret de bouffe à moitié plein et est allée lui vider sur la tête. En disans suffisament fort pour que tout le monde l'entende clairement, qu'il était rien qu'un gros con, qui s'attaquait aux plus faibles de peur de tomber sur quelqu'un de sa force.

Crois-le ou non, ça a créé un mouvement de solidarité. Il écoeure plus personne celui-là. Parait même qu'il est plutôt gentil.

La solution, elle est là. Pas oeil pour oeil dent pour dent non. Mais arrêter d'avoir peur chacun dans son petit coin. Unir nos force pour empêcher. Dire haut et fort "NON! Pas question!" Ensemble. Parents, profs, jeunes, autorités.

2:04 p.m.  
Blogger Magique a ajouté...

ah pis j'en ajoute....
Ça passe aussi beaucoup par l'éducation.

Ce que j'essaie d'apprendre à mes enfants, c'Est que s'ils voient un enfant maltraité par d'autres, ils ont le devoir d'intervenir. Ne rien passer sous silence, ne rien tolérer.

Est-ce que dans les faits ça marche? C'est difficile à dire parce que je ne suis pas toujours avec eux à les suivre. Ils sont peut-être parfois eux aussi "les gros cons" de quelqu'un d'autre.

Mais à écouter leur discours, à voir leurs amis, je pense que ça donne quelque chose.

2:08 p.m.  
Blogger Joss a ajouté...

Une chance qu'il y a des mamans comnme toi Magique! Merci!Merci! Merci!

9:44 p.m.  
Blogger Miss Patata a ajouté...

Mes parents avaientcommencés par me dire de ne pas répliquer, ils ont ensuite changés leur tactiques pour me dire de foncer! Et moi au boulot je dois enseigner aux jeunes a ne pas se battre, je trouve ça dur...

J'aurais aimée ça moi ne pas avoir été rejettée au primaire et début secondaire, il me semble que je serais plus gentille et moi froidement calculatrice dans mes rapports avec les autres. L'amertume là ...

11:47 p.m.  
Anonymous maman inquiète a ajouté...

Mais ou travailles-tu Joss? Rive Nord?Rive Sud? Montréal?Viens-tu en plusieurs copies?On aurait tellement besoin de gens comme toi pour veiller à la propagation du respect de soi et des autres...Je suis une "maman inquiète".Surement et malheureusement pas la seule dans ce cas.J'ai le plus insécure et angoissé des garçons,le plus doux et le plus important amour de ma vie.Du plus loin que je me souvienne j'ai toujours eu une grande confiance en moi et je n'ai jamais eu peur de me défendre en gestes ou en paroles.Je ne connaissais pas la peur,l'angoisse ou la panique jusqu'à ce que je devienne maman.À partir de ce jour tout est devenu sujet à avoir peur.
Peur du syndrome de la mort du nouveau né,peur de la maladie,peur qu'on me l'enlève bla bla bla ...
Un beau petit bonhomme au grands yeux noirs,charmeur,intello avec la parole facile,je ne m'inquietais pas pour les premiers jours d'école...
J'avais comme principe de régler un problème par la communication n'ayant jamais eu souvent à me défendre par la force,alors j'ai semé cette idée dans sa tête et j'étais persuadé de son succès...
Malheureusement ce n'en fut pas un!
Quand tu ne fais pas de sports,tu ne joues pas au HOCKEY le week end ou dehos dans la rue,que tu n'écoutes pas de films d'horreur parceque que tu as peur de la peur et surtout quand tu n'appartiens pas à la gang pop de ton école tu deviens vite le LOOSER étiqueté de ton école.Alors tu te tournes vers la minorité non acceptée et tu essais tant bien que mal de te faire quelques copains.Très vite l'école rime avec angoisse et tout s'en découle.Souvent en tant que "maman inquiète" on te dis de ne pas t'en faire , de faire confiance en ton enfant,de le laisser se faire une place et bla bla bla...Tu passes pour une mère poule (comme je déteste ce terme!)et on te dis même que c'est de ta faute,car tu lui transmets tes peurs et il ressent ton angoisse etc...Finalement tu es responsable de cet état lamentable!Et bien laisse moi te dire que je n'en suis pas responsable car je me suis battue pour lui,j'ai fais une "bénévole d'école" de moi pour avoir plus d'exposition devant ces ptits-cons qui s'amusaient avec ceux qu'ils catalogue de REJECT et ca a marché tant bien que mal jusqu'à cette année,au secondaire.
Et on recommence!Parce qu'il ne se bat pas,ne fume pas,parce qu'il préfere la bibli à la salle commune,finalement parce qu'il ne se défend pas physiquemment c'est un FIF-LOOSER-REJECT-PAS DE COUILLES et j'en passe car mon coeur me fait mal...En plus c'est MOI qui lui ai inculqué ce principe de ne pas se servir de ses poings,quel gachis!
J'ai due changer ma vision des choses quand il m'a annoncé le 23 décembre dernier qu'on voulait lui donner "une volé" ...Il m'a regardé avec toute la peur du monde et m'a demandé si il pouvait se battre car il n'en pouvais plus...J'ai du prendre sur moi et ravaler mes larmes en faisant des mises en situations pour lui montrer quelques prises pour au moins mobiliser les criss de ptits cons qui voulaient sa peau.
TU DOIS FRAPPER LE PREMIER CAR LUI NE TE MANQUERA PAS !
Moi,sa maman,j'ai dis ça...Moi qui lui a toujours dis de se servir de sa tête et non de ses bras.
L'image de lui,affolé,paniqué devant l'autre me rendait completement malade,alors voilà...
Voilà ou j'en suis, je suis ouverte aux commentaires et aux solutions de toutes sortes!
Ca m'a fait du bien ...
Meci maman de m'avoir envoyé ce message et oui plus ca change plus c'est pareil,t'as raison!

9:24 p.m.  
Blogger Alcib a ajouté...

Courage, Maman inquiète ! Moi je suis sans voix devant ce témoignage, cet appel ! Mais j'ai confiance. Je crois que l'intelligence l'emporte toujours, même si, à l'occasion, elle doit se faire aider des poingts.

12:01 a.m.  
Anonymous Anonyme a ajouté...

bingo web sites bingo websites top bingo casinos best bingo casinos internet bingo casinos bingo casinos online bingo web sites online bingo casinos bingo websites bingo casinos play online bingo internet bingo play bingo online bingo sites bingo casino

8:46 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home