dimanche 8 octobre 2006

APOCALYPSE NOW!

Chum + Joss = The End

Ceci sera le message qui marquera la fin de ce blog. Terminé de Blogguer. J'ai l'impression que si je continuais, je ne ferais que répéter les mêmes choses... Ce qui a été dit ici est ce que je pense de la vie. Elle est belle la vie. Même si parfois elle nous crache des haches dans le dos au moment ou on s'y attendait le moins.
Mon instinct est extraordinaire. Je ne l'avais pas vu venir celle-là, mais je la sentais ramper vers moi avec sa peau de serpent venimeux. Ssssshh!
Celui avec qui je me suis vu devenir vieux ne m'aime plus. L'abset a explosé! POW!
Mes angoisses étaient donc fondées. Toutes ces inquiétudes, ces mauvais rêves, ces petites idées noires que je chassais de mon ciel bleu étaient fondées.
Si tout ça était arrivé la semaine dernière, je serais sûrement inconsolable. Bien que ma gorge se noue en ce moment, j'ai décidé que je ne prendrais plus ma vie par le chignon du cou. J'ai décidé de faire confiance, de la laisser me mener par le bout du nez pendant un bon p'tit bout. Ceci n'incluait pas seulement ma carrière, ça incluait toute ma vie, de la tête au coeur, en passant par les pieds...
Quand la personne qu'on aime dit qu'elle ne nous aime plus, qu'elle ne nous désire plus... Qu'elle n'est plus heureuse avec nous... Ça fait mal, ça ne se dit même pas. Ça ne s'explique pas. Mais quand on aime quelqu'un, pour vrai, on veut son bonheur... Alors on laisse partir. On lâche prise. On laisse aller... En espérant très fort que la vie va nous amener dans un endroit ou on sera encore plus heureux, ou on sera encore plus près de ce qu'on est dans le coeur... On peut se demander "Si j'avais moins travaillé...", "Si j'avais moins chialé...", "Si je n'avais pas laissé ce message...", "Si j'avais un peu plus... un peu moins..."... Mais à quoi ça sert au fond...?

J'ai fait ce que j'ai pu pour qu'il continue de m'aimer toujours. J'ai été moi-même à tous les matins en me levant et moi-même à tous les soirs en me couchant. Si j'avais continué de vouloir le combler, c'est moi que je blessais pour toujours. Je mérite mieux qu'un amour en demie teinte...
Ce matin, avec ma fidèle Margot, je m'en vais grimper le Mont Royal. Aller en haut d'une montagne... Je sais plus qui a dit: "Chaque homme, chaque matin, devrait monter une montagne..."
Je termine ce blog, parce qu'il ne pourra pas vivre sans le Chalet du bonheur... Et Chum, ne pourra jamais être Ex-Chum ici.
Fin

... Ou recommencement?

22 Commentaires:

Anonymous Gen_evieve a ajouté...

:(

9:49 a.m.  
Blogger vanou a ajouté...

I'll miss you...

9:56 a.m.  
Blogger Alcib a ajouté...

Quelle nouvelle !!! Joss, je suis infiniment triste d'apprendre cette nouvelle que je n'aurais jamais crue possible. J'admire cependant ta force de caractère et ton attitude face à cette situation. Malgré tout, ce sera très difficile, ce sera très douloureux, il ne faut pas se le cacher. Mais j'ai confiance qu'en quelques semaines, quelques mois, tu auras maîtrisé la situation et que ta douleur n'aura pas été vaine. Courage, Joss. Tes fidèles lecteurs sont de tout coeur avec toi.

11:06 a.m.  
Anonymous Mat l'intellex a ajouté...

Maudite marde de bâtard d'affaire poche de mois d'octobre crotté.
Compagnon d'armes virtuel, je te salue.
Et trouverai bien un moyen de te joindre DLVV, autrement qu'avec l'écran.
On the road again...

12:08 p.m.  
Blogger Alcib a ajouté...

Comme Mat L'Intellex, les premiers mots qui me sont passés par la tête étaient plutôt quelques bons sacres bien sentis, mais je n'ai pas osé les exprimer ici ; ils sont pourtant bien révélateurs de ma surprise et de mon indignation !
Dis-toi bien, Joss, que la difficulté d'un être à renouveler son amour pour soi n'est pas un jugement sur soi, mais sur l'autre ; cela ne fait pas pour autant de l'autre quelqu'un de moins intéressant et encore moins de soi un être moins aimable.

3:54 p.m.  
Anonymous Annick a ajouté...

Joss... Je ne peux que te dire de ne pas lâcher. On ne se connaît que par nos blogues, mais je pense quand même fort fort à toi. Vraiment.

10:14 p.m.  
Blogger Miss Patata a ajouté...

Je suis troublée...

Je te trouve sage Joss, ce que tu dis est sage, mais parfois le coeur a bien du mal à suivre ce que la tête dicte.

Je te suivrai! ;)

10:30 p.m.  
Blogger Jef... a ajouté...

Outch...

Désolé d'apprendre cette nouvelle, il est toujours difficile de trouver les bons mots pour encourager.

On ne peut que souhaiter que tout se replace le plus rapidement possible pour toi.

Tu vas nous manquer ici. :0(

12:20 a.m.  
Blogger Daniel French a ajouté...

Oh Joss comme je comprends et comme je connais ta douleur! Je t'envois beaucoup de forces et d'énergie positive.
J'espere sincerement que tu changeras d'avis a propos de ton blog, nous sommes plusieurs a aimer te lire.
Je pense à toi fort fort XXX

12:36 a.m.  
Blogger Mamathilde a ajouté...

C'est ton choix Joss de choisir de fermer ce blogue pour les raisons que tu soulignes. Ou n'importe quelle autre raison d'ailleurs. Mais je sais que tu vas continuer à t'exprimer ailleurs, en images ou en mots. T'es fait pour ça, dire et illustrer cette vie qui est parfois merdique.

Bonne chance.

12:02 p.m.  
Anonymous L'Or a ajouté...

Oh Joss, les mots me manquent. J'allais commenter hier et je ne les trouvais point et encore maintenant, je ne sais que dire. Gros câlin, je t'envois quelques rayons de soleil.

3:18 p.m.  
Anonymous Anonyme a ajouté...

Ouff.. je suis désolée d'apprendre cette nouvelle. Je suis triste pour toi.. mais pour reprendre un peu tes paroles, je suis convaincue que la vie saura t'emmener à un bonheur encore plus grand...
Prends soin de ton coeur maintenant.
J'espère bien que tu nous reviendra éventuellement. Te lire était un réel plaisir!

8:27 a.m.  
Blogger Rhiannon_Lunambre a ajouté...

Oh... je te lis souvent depuis des mois, sans oser dire un mot.
Je suis triste, vraiment triste de lire ceci.
Chaque fin de cycle apporte son deuil et la perspective de nouveaux horizons, et qui sait? De nouveau bonheur... même si ce n'est pas évident.
Je suis très touchée par ce post, ce dernier post.
Prends soin de toi. Je te souhaite une belle guérison, beaucoup d'amour, une tonne de bonheur...

8:32 a.m.  
Blogger Magenta a ajouté...

Joss, j'admire vraiment la force que tu as et ton regard positif sur la vie. Parfois on l'équilibre est difficile à maintenir, mais je suis convaincue que des milliers de blles choses t'attendent.

xxx

10:16 a.m.  
Blogger Lyly a ajouté...

Quand tu prends le temps de réfléchir à tout ça. C'est que tu as déjà un pas de fait en avant et que tu vas déjà vers l'avenir, qui t'apporteras le bonheur dont tu mérites. Je te souhaite bonne chance et au plaisir de peut-être te relire un jour ;)

10:51 a.m.  
Blogger Mijestam a ajouté...

C'est triste Joss! J'espère que tu réussiras à traverser cette épreuve sans trop de dommages.

Ça va me manquer de passer prendre de tes nouvelles ici.

Prends soin de toi.

9:23 p.m.  
Anonymous René a ajouté...

Eh ben...

Je suis triste pour toi... Je ne sais pas quoi dire. Surtout, surtout, écoute-toi. Quand tu as envie d'être seul, reste seul. Mais quand tu as envie d'être avec des gens, nous sommes là. Je suis là. On se voit quand tu veux, on se parle quand tu veux.

Tu veux ?

6:14 p.m.  
Blogger Ness a ajouté...

Les mots me manquent. Je ne sais pas quoi dire, mais quoi que je puisse dire, ça n'effacera pas ton chagrin et ton mal. Par contre, je veux que tu saches que je pense très fort à toi. Tu es d'une sagesse incroyable. Tu as une très belle âme, Joss. La vie va te gâter. Le soleil va encore briller.
J'espère très fort qu'on aura la chance de se recroiser bientôt. N'importe quand, quand tu as besoin, fais-moi signe.

À BIENTÔT,
Ness XXX
((HUGS))

7:33 p.m.  
Anonymous Anonyme a ajouté...

Je connais ce que tu ressant et suis de tout coeur avec toi. Les peines d'Amour... ne m'ont pas épargnées. Je suis avec toi... Appels-moi, ton heure sera la mienne.

Je t'aime,

Papoute

11:53 a.m.  
Anonymous Pierre-Yves a ajouté...

Je t'ai vu hier soir, à ton travail, mais je ne savais pas ce qui s'était passé dans ta vie. Je comprends ta douleur parce que j'ai déjà vécu une histoire qui pourrait ressembler à la tienne. Je pense à toi. Je ne te connais pas, mais à travers tes mots, je devine quelqu'un de lumineux et d'une très grande honnêteté. Merci d'avoir partagé tout ça avec nous. Même si ce « nous » ne peut pas te serrer dans ses bras. C'est ce que je voudrais faire. Prend soin de toi, donne-toi du temps. je t'embrasse.

7:10 p.m.  
Anonymous François a ajouté...

Salut Joss,

Je suis venu à ton blog par le biais de celui de daniel french. Je ne t’avais jamais lu. Et je viens de passer deux heures à te lire, à t’explorer, à te suivre dans ta dernière année – à m’amuser, à sourire, à m’étonner, à t’apprécier. La fin est brutale. Je vais peut-être te heurter, mais tu n’as pas, dans ce dernier billet, perdu un gramme de ton talent. Ton immense chagrin, tu es déjà en train d’en faire une création, de la métaphoriser. Et c’est déjà une œuvre d’art que tu proposes à lecture, ciselée en quelques lignes saisissantes. La beauté même de ton texte est déjà, en soi, une rémission.

On pense découvrir quelqu’un qui se raconte; on découvre un écrivain. Je sais que mes lignes pâlissent devant les tiennes.

J’imagine ta douleur. Je ne me souviens que trop bien des jours et des semaines vécues sans vie, presque dans l’irréalité, qui suivent une rupture non souhaitée, crachée, dis-tu, comme une hache dans le dos. C’est le temps, Joss, des rires forcés, et cette fois-ci, tu devras y arriver. Mais je t’assure, je te le jure, que ça passe, que ça finit par passer. Tu as trop de classe, et trop de talent, pour qu’il en soit différemment pour toi. Salut, l’artiste!

8:59 p.m.  
Blogger Ariel a ajouté...

Salut Joss,

À peine arrivée chez toi, que j'apprends ton dépard. Je le comprends et compatis avec ce que tu vis, ayant moi aussi vécu le passage par le feu. Peut-être que ce passage te fera faire le "saut de l'ange" comme il m'a fait faire à moi. C'est ce que je te souhaite.

Dans les 3 dernières heures, j'ai appris à aimer un univers magnifique, parfois presque magique. J'y ai rencontré, à travers tes yeux et ton coeur, un tas de gens qu'on ne peut s'empêcher d'aimer (sauf peut-être un type intolérant, dans une grande robe blanche qui se croit le droit de dicter se qu'il faut faire .. mais bon .. ça c'est de la vieille histoire qui peut-être se terminera bientôt aussi). Merci pour le chalet du bonheur. J'espère te retrouver un jour à un autre détour du web.

11:01 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home